Biographie 1966 - 1967


Boby Lapointe1966, pour Boby c'est le démarrage de sa deuxième carrière. L'année débute avec une tournée "Festival du disque", en compagnie de Georges Brassens. En mars il est mis en cage pour les besoins de l'émission de télévision, "Rhésus B", où Jean-Roger Caussimon le présente comme étant "le non-sens à caractère chantant". Le 15 mars, il signe un contrat avec les disques AZ dirigé par Lucien Morisse, le 15 mai sortie chez DiscAZ du EP, "Le papa du papa de mon papa", "Aubade à Lydie en do", "Lumière tango", "From two-to-two-to-two-two", dirigé par Oswald d'Andréa. Le 29 août Boby épouse Bichon et fête la sortie du 2 ème EP chez AZ, avec "Le saucisson de cheval 1 et 2", "L'ami Zantrop", "La banane anana". Premier grand succès avec "Le saucisson de cheval", 13ème  au hit-parade. 

Il déclare en boutade : «Mon saucisson fait un tube.

Moi qui ai toujours rêvé de posséder une charcuterie! Mais ça a été long.

Je vais nourrir Bichon au Saucisson!» "Il devint un auteur célèbre 

Il était de tous les galas Et les autres jours ce gars-là Cherchait du bout de ses lèvres 

Des petits bouts de chansonnettes Ça lui donnait mal à la jambe Car il frappait du pied

Pour battre la mesure

Et ses nouveaux souliers

Avaient une pointure

Un peu trop étriquée …"

(La fleur bleu contondante)

Michel Colombier est l'initiateur des titres les plus "pop" de Boby. Notamment des deux "Saucisson de cheval", dont il a composé la musique, la très jerkienne "La question ne pose pas", et "L'idole et l'enfant" avec un son de basse très "mersey sound".

Entre 1966 et 1967, ils vont enregistrer deux super 45 tours 4 titres.

Michel Colombier: «La chose qui m'avait le plus surpris c'est que Boby ne ressentait pas le rythme naturellement, il avait le sien, donc nous avons dû ruser pour lui indiquer le feu rouge et le feu vert. Sur scène, apparemment, il n'y avait pas de problème, il levait et baissait les épaules et je pensais que cela faisait partie de sa mise en scène.

Lorsqu'on a enregistré "Le saucisson de cheval", je me suis rendu compte que sa façon à lui de prendre le rythme, passait par ses épaules, et une fois qu'il avait pris ce mouvement, il était ancré dans la mesure. Il m'a bluffé (rire).»

Discussion entre un ingénieur du son de l'époque et Boby

Le technicien : Monsieur Lapointe, je crois que vous n'êtes pas en mesure…

Boby : En mesure de quoi ?

Le technicien : …

Boby : Dites tout de suite que je dépasse la mesure !

«J'ai le souvenir d'un type assez intimidé. Il était difficile pour un homme de musique comme moi d'avoir un langage commun avec Boby, c'était plutôt un homme de mots, plus qu'un véritable musicien. C'était très agréable de travailler avec lui.»

«J'ai ingurgité cette chanson, ce texte invraisemblable et je l'ai régurgité avec l'espace sonore de l'époque en utilisant la pulsation rythmique du moment.»

Boby entame l'année 1967 par des Galas à L'Ancienne Belgique, à Bruxelles. En juin, sortie du 3ème et dernier EP AZ ,"L'été où est-il?", "La question ne se pose pas", Andréa c'est toi" et "L'idole et l'enfant".

Le chant de Jeannine de Waleyne, choriste venu du lyrique, "duettise" avec celle de Boby sur deux chansons : "L'été où est-il?" avec une tonalité de soprano, et "Andréa c'est toi" avec une tonalité de ténor. La mutation de la tessiture de Jeannine de Waleyne fut obtenue en ralentissant la bande play-back. Cet astucieux bidouillage, cher à Roger Roche ingénieur du son pendant ces séances, permet de faire passer une voix aiguë pour une voix plus grave.

«Aucun auteur de chansons n'a usé avant lui, ni après lui, du moins à ce jour de ce procédé exclusif, que rien ne nous interdit de dénommer le "sous-titrage verbal", dixit Jacques Perçiot.» Il suffit d'écouter attentivement ses deux raretés pour s'en rendre compte.

Boby réutilisera cette recette, avec "le tube de toilette".

Boby écrit les paroles de "Dibah Dibah", sur une musique de François Rabbath, pour le film "Ballade pour un chien" de Gérard Vergez. Les cabarets, télévisions, galas et émissions de radio se succèdent.

Biographie 1968 - 1969 suite ...